Plum ouvre la chasse aux frais bancaires

Plum ouvre la chasse aux frais bancaires

La FinTech britannique Plum envisage aujourd’hui d’améliorer ses services de PFM et d’épargne en lançant une nouvelle fonctionnalité dédiée à la gestion des frais bancaires. Une sorte de traqueur associé à un comparateur, pour prôner la transparence.

Lutter contre les frais bancaires cachés, voici la mission que s’est donnée Plum avec son nouveau service, baptisé Fee Fighter.

L’objectif ? Chasser les frais supposément cachés par les banques, ou du moins les répertorier. Fee Fighter fonctionne à partir d’un agrégateur de comptes capable d’analyser l’ensemble des transactions des clients.

L’Intelligence sémantique de Fee Fighter est capable de détecter les différents frais prélevés par la banque. Elle est également capable d’identifier et d’isoler ces frais lorsqu’ils sont rassemblés dans une catégorie plus globale (« autres » par exemple). Plum va ensuite jusqu’à proposer des offres alternatives plus intéressantes aux utilisateurs de ses services.

Mise en perspective : Une « chasse aux sorcières » entretenue par la DSP2

Selon les estimations de Plum, 27 % des frais bancaires appliqués au Royaume-Uni sont catégorisés comme « autres » ; c’est-à-dire qu’ils correspondent aux frais de tenue de compte mensuels et autres frais bancaires et abonnements non spécifiés. C’est à ces frais que la start-up entend aujourd’hui s’attaquer.

En France  l’actualité pourrait jouer en la faveur du déploiement d’un tel service. Fin 2017, deux mois après la publication d’une étude de 60 Millions de consommateurs portant sur la facturation bancaire, le ministre de l'Economie et des Finances a choisi de lancer une mission de réflexion sur les tarifications bancaires excessives. Le gouvernement s’est par ailleurs engagé de longue date dans cette voie puisqu’il propose depuis début 2016 un service de comparateur de frais bancaires.

Selon une autre enquête de l’UFC-Que Choisir publiée plus récemment, ni la loi Macron sur la mobilité bancaire ni la concurrence des nouveaux acteurs n’ont permis pour l’instant d’inverser la tendance, les frais bancaires suivant toujours une ligne de croissance. Le Fee Fighter de Plum illustre néanmoins un exemple des possibilités offertes par la DSP2, qui devrait inéluctablement encourager la volatilité des clients des banques, et par conséquent, un engagement de transparence et de réduction des coûts.

 

 

Actualitées liées

  • Innovation
  • Banque au quotidien
  • 02.06.2017

Version bêta pour l’agrégateur d’ING au Royaume-Uni

Après des mois de tests en bêta privée, la banque néerlandaise ING passe à une bêta ouverte de son service d’agrégation de compte britannique, Yolt. Cette nouveauté s’inscrit dans la tendance et permet à ING de réintégrer un marché tout en évitant de...
  • Innovation
  • Canaux de distribution - Mobile
  • 23.06.2017

Linxo prend le virage des professionnels

L’application de gestion de budget et d’agrégation de comptes bancaires Linxo s’attaque aujourd’hui à un nouveau marché : celui des professionnels. Linxo présente pour cela une nouvelle application mobile deux-en-un. Une façon d’améliorer la gestion...
  • Innovation
  • Stratégie d'acteur
  • 05.12.2017

Retour d’expérience : Yolt atteint les 100 000 clients

Après six mois d’existence, c’est le moment du bilan pour Yolt, l’agrégateur d’ING en bêta test sur le marché britannique. Le succès de ce modèle bancaire alternatif devrait encourager la banque à passer à l’étape supérieure, à savoir l’extension de...
  • Paiement
  • Stratégie d'acteur
  • FinTech
  • 11.04.2018

FinTech : Linxo met la main sur Sharepay

Linxo diversifie progressivement son offre et poursuit sa mue vers un assistant financier virtuel. La jeune pousse, spécialisée dans les services d’agrégation de comptes bancaires et de gestion des finances personnelles, vient d’annoncer l’acquisitio...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus