Stackin’, des services financiers sur mesure par SMS pour les jeunes

LES FAITS

  • Encore une FinTech qui souhaite convaincre les Millennials d’opter pour ses services financiers. Sa promesse ? Stackin’ se distingue par sa stratégie très poussée de vulgarisation, par la personnalisation et par un accès via SMS.
  • Stackin’ se présente comme un conseiller financier d’un nouveau genre, qui se distingue de plusieurs manières :
    • dans la forme, elle ne repose sur aucune application mais sur des échanges entièrement textuels, réalisés par SMS.
    • dans le fond, en distillant des conseils financiers sur un format très ludique à grand renfort d’humour. Les messages automatiques sont personnalisés grâce au Machine Learning pour proposer le bon service au bon moment.
    • un modèle économique basé sur la recommandation personnalisée de produits financiers d’autres FinTech. Stackin’ fonctionne comme une marketplace, rémunéré par ses partenaires commerciaux, au clic ou au téléchargement de leurs applications.
  • La cible de Stackin’ : les Millennials.
  • Afin de déployer son offre, Stackin’ vient de lever 12,6 millions de dollars auprès de divers investisseurs tels qu’Octopus Ventures dans le cadre d’une série B.

CHIFFRES-CLES

  • Avril 2017 : création de Stackin’
  • 14 investisseurs au total
  • 19,6 M$ levés au total
  • 1M d’utilisateurs recrutés
  • 500 000 comptes actifs
  • 100 M de SMS envoyés
  • 18 salariés

 

ENJEUX

  • S’internationaliser : les nouveaux fonds levés par Stackin’ lui serviront notamment à sortir de ses frontières nationales pour se lancer au Royaume-Uni.
  • Orienter les clients dans la jungle des services financiers : Stackin’ se propose d’offrir des conseils personnalisés, sur un mode conversationnel, pour ensuite se faire l’intermédiaire avec les meilleures offres du marché. Une approche d’apporteur d’affaires qui repose sur la performance de son intelligence artificielle. Les premiers échanges servent à comprendre le client et ses préférences, pour ensuite lui faire de premières propositions.
  • Convaincre les plus jeunes : pour atteindre sa cible, Stackin’ chasse sur leur terrain. Pour se faire connaitre, la FinTech table en effet sur des publicités diffusées uniquement sur les réseaux sociaux utilisés par les jeunes : TikTok, Snapchat et Instagram en tête.

 

MISE EN PERSPECTIVE

  • Stackin’ n’est pas rentable pour le moment. Mais la conjoncture joue plutôt en sa faveur. Le Covid-19 et ses conséquences lui ont permis de doubler l’utilisation de sa messagerie.
  • La FinTech veut d’ailleurs améliorer cette messagerie en adoptant le SMS « vérifié », pour renforcer la confiance des utilisateurs.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus