Zwipe lance un dispositif d’enregistrement de l’empreinte digitale en marque blanche

Zwipe lance un dispositif d’enregistrement de l’empreinte digitale en marque blanche

Compte tenu de l’essor du recours à la biométrie, notamment via les cartes bancaires sans contact à authentification biométrique, Zwipe s’adapte. La start-up norvégienne vient de développer de nouvelles solutions d’enregistrement de l’empreinte digitale en marque blanche. Une solution d’actualité alors que l’échéance de l’authentification forte obligatoire en Europe arrive à grands pas.

La gamme de solutions d’enregistrement des empreintes digitales, conçue par Zwipe, sera destinée aux banques et aux différents émetteurs. Elle comprend un dispositif sécurisé pour permettre aux détenteurs de la carte d’accéder au système d’authentification depuis chez eux, mais aussi un logiciel permettant aux banques de proposer un enrôlement en agence.

Dans les faits, pour la première partie de la solution, les détenteurs de la carte Zwipe recevront par voie postale un kit comprenant une source d’alimentation sur laquelle est posée la carte. Ainsi, une fois le kit ouvert, la carte est automatiquement activée. Pour enregistrer son empreinte, le client devra alors maintenir son doigt sur le capteur biométrique jusqu’à ce que le bouton vert s’allume. La deuxième partie de la solution, consiste en un logiciel dédié aux succursales de banques pour leur permettre de proposer un enregistrement de l’empreinte en agence.

La société de technologie biométrique prévoit de présenter les nouvelles solutions à l’occasion du FinTech Connect Live qui se tiendra les 5 et 6 décembre à Londres.

Mise en perspective : La biométrie pour remplacer le SMS ?  

Il y a quelques jours, La Commission Européenne rappelait que le système « SMS-OTP », permettant d’authentifier les achats en ligne par SMS, n’était pas suffisamment sécurisé. L’entrée en vigueur de la DSP2 impose en effet aux institutions bancaires d’avoir trouvé une solution d’ici septembre 2019. Alliées aux commerçants, ces dernières demandent un délai pour développer des systèmes de sécurité alternatifs. Cette migration vers des technologies d’authentification forte devrait faire la part belle à la biométrie, dont les capteurs tendent à se généraliser sur tous les canaux.

Consciente du potentiel de cette transformation, la société norvégienne se fraie un chemin pour séduire banques et émetteurs. L’idée est d’accélérer l’adoption de cette nouvelle forme d’authentification tout en préservant la simplicité de l’expérience utilisateur. Cette initiative s’apparente à la solution conçue par IDEX. En mai dernier, le spécialiste des cartes à puce biométriques avait développé un étui alimenté par une batterie afin de permettre aux titulaires des cartes biométriques Mastercard d’accéder au système d’authentification biométrique depuis chez eux.

Actualitées liées

  • Cartes de paiement
  • Paiement
  • 22.10.2018

La carte biométrique testée chez Société Générale

Demain, il n’y aura peut-être plus besoin de code PIN pour sécuriser les transactions sans contact supérieures à 30 euros pour les clients de Société Générale. La banque a en effet annoncé qu’elle testait en interne une nouvelle génération de cartes...
  • Cartes de paiement
  • Paiement
  • 07.05.2018

Carte biométrique : Mastercard se passe des agences

Les progrès technologiques font du paiement biométrique une réalité. Dans le cadre de sa nouvelle feuille de route destinée à aider les banques, les détaillants et les partenaires à accroître la sécurité des paiements, Mastercard a dévoilé un nouveau...
  • Cartes de paiement
  • Paiement
  • 17.01.2018

Dynamics dévoile une carte bancaire dotée d’un écran

Le fabricant de cartes américain Dynamics et l’opérateur de téléphonie mobile Sprint ont présenté à l’occasion du CES 2018 une nouvelle carte de paiement connectée. Dotée d’un mini écran E-ink, d’une puce cellulaire et d’une antenne, elle propose une...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus